YFU Switzerland

PAO South Africa 2015

L’avant-PAO :

Le PAO (weekend d’orientation) se tenant à Pretoria, ma famille d’accueil avait décidé de m’envoyer en bus pour éviter de devoir effectuer l’aller-retour. Mais le weekend précèdent, changement de programme : mon père d’accueil, Oom Stefan, doit se rendre à Pretoria le mercredi 16 Septembre pour un rendez-vous avec un client. Une alternative est alors mise en place : je serai également du voyage, et j’habiterai avec une famille accueillant déjà un étudiant d’échange allemand du nom de Fritz.

Le voyage se déroule sans encombre, les discussions avec mon père d’accueil s’enchainent, et nous arrivons à Pretoria après trois heures de voiture qui passèrent très vite.

En arrivant devant la maison de ma famille provisoire, surprise : la „famille“ se trouve être deux couples lesbiens. Vu le regard que mon père si chrétien lance aux quatre femmes se présentant, je devine qu’il n’était pas vraiment au courant de leurs orientations sexuelles. Seconde surprise, le dénommé Fritz parle couramment le français, ayant habité dans une banlieue de Paris.

Je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur ces deux jours ; ne vous inquiétez-pas, je suis toujours hétéro, ce petit séjour ne m’a pas transformé en espèce d’efféminé fluet.

Le Vendredi 18 Septembre, nous arrivons au Hoekie, un camp dans les bois situé près du centre-ville. Je rencontre assez rapidement les autres étudiants d’échange : je reconnais Vera, Michaela et Noëlle, mes compatriotes suisses, et commence à discuter avec les autres, qui viennent d’Allemagne, Scandinavie, Italie, France, Hongrie, Autriche ou encore Chili. Si durant les cinq premières minutes, on se cherche un peu, l’ambiance devient vite bon enfant : les blagues et taquineries sur les pays d’origine fusent, les rires également. En quelques heures, nous devenons une vraie famille.

Repartis dans des groupes, nous discutons de nos expériences, de nos familles, de nos écoles, mais aussi de nos déceptions – je tiens à préciser que je n’avais pas grand chose à dire dans ce dernier domaine.

Allez, je vous laisse une petite photo qui résume à peu près ce qu’on a fait d’autre durant ce weekend, ainsi que l’hymne national sud-africain que nous avons appris lors du match des Springboks face au Japon, lamentablement perdu par les Bokkies *soupirs et sanglots*

Volleyball Squad

Nkosi  Sikelel iAfrika :