YFU Switzerland

Balade à vélo

Une des 78 493 raisons pourquoi la Suède est LE pays:

On va commencer par planter le décor.
Il est environ 17h, c’est la fin du mois d’octobre.
Je roule à bicyclette, avec mon père d’accueil et le chien.

Il fait froid, il y a du vent. Mes oreilles me font presque mal à cause du froid malgré mon bonnet. Mes gants, en revanche, sont plutôt efficaces, comme ma veste d’hiver et mon écharpe.
Ma vieille bicyclette qui casse pas de brique a de la peine à avancer. Elle grince, depuis ce matin, il fait trop froid je crois. Je devrai bientôt me résoudre à aller à pied à l’école. Quand il neigera.
Le petit ruisseau qui longe la route est gelé. Je sais que si je m’écartais un peu, si je quittais le vieux chemin de fer goudronné et que je mettais pied à terre pour marcher, alors j’entendrais le craquement des feuilles glacées sous mes pas.
À la place j’entends le vent. Et Balto qui aboie. Et ma bicyclette qui grince, de temps en temps.

Le soleil est déjà bas, la lumière est magnifique: une lumière de soleil couchant, un peu dorée, qui brille sur les feuilles colorées des arbres.
Et puis le ciel dont la couleur change doucement: d’abord orangé, puis rosé, violet à l’horizon, avec un beau dégradé qui part toujours dans les bleus plus haut dans le ciel.
Et la lune déjà levée qui brille au milieu de tout ça, de plus en plus voyante au fur et à mesure que la lumière change.

Mon nez coule, mes yeux pleurent un peu. Mon coeur bat un peu plus vite à cause de l’effort. Pourtant nous nous arrêtons assez souvent: le chien est un peu indiscipliné et cours partout, il faut le calmer.
Quand nous nous sommes assez éloignés de la route, nous faisons la course avec lui, plusieurs fois. Il gagne toujours, évidemment, mais quelle importance?

Nous parlons peu, le vent nous en empêche, mais ça ne me dérange pas, au contraire: je peux me concentrer sur le paysage. Il a suffit de quelques minutes pour quitter la ville depuis notre maison, et nous sommes maintenant dans la campagne: juste à côté de la route, un petit ruisseau longé par des arbres. Juste derrière, des champs, et plus loin une ferme de temps en temps. Une de ces belles fermes suédoises dont je ne me lasse pas.

C’était hier, c’était beau. C’était juste une balade, un instant du quotidien des suédois plutôt banal (pour eux en tout cas).
Je ne sais pas si ils se rendent compte de la chance qu’ils ont de vivre dans un si beau pays.

 

Une petite chanson dont le titre va plutôt bien avec mon excursion:
Edith Piaf –  Autumn Leaves (Les Feuilles Mortes) (La première chanson que j’ai apprise avec mon prof de chant quand je suis arrivée!)

 

Je n’avais rien pour prendre des photos, malheureusement, mais j’ai quelques clichés d’une autre sortie que j’ai faite il y a quelques semaines. Ils ne sont pas excellents, et la lumière n’était pas aussi belle, mais au moins vous pourrez voir à quoi ressemble la balade!

 

alkjdf

 

Et une dernière photo, prise au centre de Köping celle-ci, mais qui a des belles couleurs d’automne aussi:

PS: Merci, merci Papa et Maman, sans vous tout ça ne serait pas possible! ♡♡ *-*